La Galice accueillera en 2020 une réunion du Comité des régions concernant le chemin de Compostelle en tant que modèle différent de tourisme en Europe

La proposition galicienne a été finalement retenue devant la candidature allemande de Wismar, avec une large majorité des voix des membres du CdR lors de la quatrième réunion de l’année de la Commission des ressources naturelles (NAT) du Comité lui-même

Le futur événement de la Commission NAT, qui se tiendra en 2020 à Saint-Jacques-de-Compostelle, comprendra une conférence sur les formes possibles d’exploitation du tourisme durable dans l’UE et une réunion entre les représentants régionaux et locaux du CdR

Lors de la réunion d’aujourd’hui de la Commission NAT s’est également tenu un débat général sur les conséquences de la massification touristique en Europe et son impact sur les communautés régionales et locales européennes

Bruxelles, le 16 septembre 2019

La Galice accueillera en 2020 une réunion du Comité des régions concernant le chemin de Compostelle en tant que modèle différent de tourisme en Europe, suite au vote qui a eu lieu aujourd’hui à Bruxelles, où la candidature galicienne était en concurrence avec la proposition de la ville allemande de Wismar, capitale du Mecklembourg-du-Nord-Ouest. Après un vote général chargé d’incertitude, les membres du CdR ont finalement choisi la candidature de la Galice, ce qui permettra de souligner le caractère européiste de cette région qui marque la fin du chemin de Saint-Jacques et de renforcer les liens au niveau de l’Union européenne, basés sur les valeurs de la solidarité et de l’entente.

Le directeur général des relations extérieures et avec l’UE de la Xunta de Galicia (gouvernement régional de Galice), Jesús Gamallo, a annoncé que la proposition galicienne d’activités externes comprendra une réunion des membres du CdR, ainsi qu’une conférence sur les éventuels modèles de tourisme durable au sein de l’UE, en prenant le chemin de Saint-Jacques comme cas représentatif de ce secteur économique. Ces deux activités se dérouleront au cours du premier semestre de l’année 2020 à Saint-Jacques-de-Compostelle. Face au reste des représentants régionaux et locaux européens, Gamallo a défendu la pertinence de la proposition galicienne, qui est directement liée au programme de travail et aux priorités politiques de la Commission NAT et du Comité européen des régions lui-même en ce qui concerne les enjeux du tourisme durable.

Pour le gouvernement galicien, le chemin de Compostelle représente un bon exemple pour d’autres régions et villes européennes qui cherchent un modèle de tourisme capable de combiner le développement économique et la compétitivité à la durabilité des ressources naturelles et au patrimoine, tout en servant d’élément structurant la culture régionale et la cohésion sociale et géographique. Lors de la réunion, le directeur général a également souligné que le développement de nouveaux modèles de tourisme doit aller de pair avec une numérisation progressive et une certaine innovation, pour parvenir à une offre touristique attractive, compétitive et durable.

Ainsi, la Xunta de Galicia organisera en 2020 cette réunion de la Commission NAT sur le chemin de Saint-Jacques et les autres formes possibles de tourisme durable dans les régions et villes de l’UE, comme antichambre du projet du « Xacobeo 2021 ». Dans deux ans, le « Xacobeo 2021 » commémorera en Galice l’année jacquaire pour, entre autres objectifs, mettre en avant et promouvoir la richesse culturelle, naturelle, humaine et économique du chemin de Saint-Jacques ; mettre en lumière le patrimoine culturel de la route de Compostelle ; promouvoir la dynamisation des zones rurales traversées par le chemin ; et inviter au dialogue sur ce grand itinéraire culturel européen.

Débat sur l’état actuel du secteur touristique dans l’Union européenne
Le débat qui a ouvert cette quatrième réunion annuelle de la Commission NAT était intitulé « Tourisme : nouvelles tendances, enjeux et solutions ». Il a été présenté par le président de la Commission NAT, le finlandais Ossi Martikainen, avant d’être suivi de l’intervention de différents membres du CdR, de représentants de la Direction générale à la croissance (DG GROW) de la Commission européenne, ainsi que du président du Réseau des régions européennes pour un tourisme compétitif et durable (NECSTouR) dont la Galice fait partie.

Ce débat général sur le tourisme européen a servi de lieu de convergence face à l’inquiétude existante, aussi bien au niveau des administrations régionales et locales de l’UE qu’au sein du Comité européen des régions lui-même, en ce qui concerne la massification du tourisme européen. Plus précisément pour ce qui est de la pression significative que subissent les infrastructures, les ressources naturelles et la capacité d’accueil des communautés locales avec la visite, chaque année, de milliards de touristes venus du monde entier. Cette situation pousse certaines des destinations européennes les plus populaires (Venise, Bruges, Dubrovnik…) à adopter de plus en plus de mesures pour protéger leurs paysages, leurs monuments et les populations locales.

C’est pourquoi la Commission NAT a décidé d’organiser ce débat visant à étudier la question de la durabilité de l’industrie touristique et son impact sur les communautés locales et régionales de l’UE. Cette ligne de travail du Comité européen des régions par rapport aux formes possibles de tourisme durable rejoint un document du Conseil de l’UE, publié en mai, qui indique que le tourisme est l’un des secteurs centraux de l’économie européenne, avec des effets de plus en plus positifs sur la croissance économique, le développement régional et l’emploi dans toute l’Europe. En effet, le secteur touristique représente près de 10 % du PIB de l’Union et quelques 12 millions d’emplois. De fait, l’Union européenne est la première destination touristique mondiale puisqu’elle a concentré plus de 40 % des flux touristiques mondiaux en 2018.

La Commission NAT du Comité européen des régions
Au cours de ce mandat, la Galice participe à la Commission des ressources naturelles (NAT) ainsi qu’à la Commission de la citoyenneté, de la gouvernance et des affaires institutionnelles et extérieures (CIVEX) du Comité européen des régions. La Commission NAT du CdR s’occupe de questions comme la politique agricole commune, le développement rural, la sylviculture, la production alimentaire, la politique commune de la pêche ou la politique des affaires maritimes, entre autres attributions.

Le Comité des régions est l’assemblée consultative où sont représentés les organismes locaux et régionaux de l’Union européenne. En représentation de la Communauté autonome de Galice, le membre titulaire est le président de la Xunta de Galicia lui-même, tandis que le poste de suppléant relève du directeur général des relations extérieures et avec l’UE.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *