L’UNESCO inscrit le Liber Sancti Iacobi au Registre de la Mémoire du Monde

L’Unesco reconnaît la grande valeur et signification du Códice Calixtino en l’inscrivant au Registre de la Mémoire du Monde. Suite à la recommandation du Comité Consultatif International, le manuscrit médiéval conservé dans l’archive de la cathédrale de Saint Jacques fait désormais partie de cette liste prestigieuse et essentielle, qui contient les témoignages documentaires les plus importants de l’histoire de l’humanité.

L’initiative pour en obtenir l’inclusion est partie de la Xunta de Galicia, qui a pris en charge la proposition présentée par le Comité international d’experts du Chemin de Saint Jacques, et l’a transmise à la séance plénière du Conseil Jacobée tenue à Saint Jacques de Compostelle en décembre 2015, lors de l’ouverture du Jubilée de la Miséricorde. Cette possibilité a été alors évaluée par le reste de communautés autonomes et des institutions présentes dans cet organe présidé par le ministre de l’Éducation, la Culture et le Sport, M. Íñigo Méndez de Vigo. Son département a été chargé de réaliser les démarches de la candidature, à travers la Direction générale des Beaux arts et des Biens culturels, et des Archives, Bibliothèques et Musées et, au sein de celle-ci, à travers la Sous-direction générale des Archives nationales, avec la collaboration du Secrétariat général de la Culture.

L’inscription du Liber Sancti Iacobi au Registre de la Mémoire du Monde met en évidence l’affirmation de l’Unesco sur sa valeur et sa signification permanente, et prouve que son importance dépasse les limites du temps et de la culture, c’est pourquoi il doit être préservé pour les générations actuelles et futures et être partagé avec tous les peuples du monde. C’est ainsi qu’on favorise la protection et la prise de conscience de la valeur universelle du patrimoine jacobée.

Témoin de l’Europe médiévale

Avec le Códice Calixtino, l’Unesco reconnaît également les copies médiévales qui sont gardées dans des bibliothèques et des archives d’Espagne et du Portugal. De fait, le nom complet de la candidature a été The Codex Calixtinus of Santiago de Compostela Cathedral and other medieval copies of the Liber Sancti Jacobi: The Iberian origins of the Jacobian tradition in Europe, en tant qu’exemple de l’importance que tous ces témoignages documentaires ont eu dans l’Europe médiévale, qui recueillent la tradition textuelle autour du culte jacobée et du Chemin de Saint Jacques.

Le programme Mémoire du Monde est une des trois initiatives complémentaires de l’Unesco qui visent à augmenter la protection et la prise de conscience du patrimoine culturel mondial. Les deux autres sont la Convention pour la Protection du Patrimoine Culturel et Naturel du Monde, à laquelle est rattachée la Liste du Patrimoine Mondial, et la Convention pour la Protection du Patrimoine Immatériel. La Galice agrandit ainsi son catalogue de biens dans ces programmes, où étaient déjà présents la ville historique de Saint Jacques de Compostelle, le Chemin Français, la muraille de Lugo, la tour d’Hercule d’A Coruña, le Chemin Primitif et le Chemin du Nord, ainsi que les différents biens associés à ces itinéraires jacobées, comme c’est le cas des cathédrales de Lugo et de Mondoñedo et le monastère de Santa María de Sobrado.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *